www.DUB.cz
Université spirituelle de l'Être
českyenglishdeutchfrancaisespanolitalianorussiangreek
Vie de l’univers (partie 5)

Aucune partie de cette publication ne peut etre reproduite ou diffusée
sans le consentement écrit préalable de l’éditeur.

Josef Zezulka – BYTÍ – L’ÊTRE
philosophie de vie

VIE DE L’UNIVERS

Ainsi naquit la matière, telle que nous la connaissons. C’était une matière inorganique – inanimée. La seconde partie de base, spirituelle, se divisait exactement de la même manière que la partie matérielle. Étant donné qu’elle était identique à la partie matérielle, à l’exception de sa polarité inverse, elle se divisait en parts aux mêmes caractéristiques mais se manifestant dans le cadre de l’esprit. La partie spirituelle de base, elle aussi, s’est divisée en deux parts qui représentaient :

La force centripète et centrifuge, quant à la première part, et

la force d’agitation et d’inertie pour la seconde part.

Chacune de ces parts s’est à nouveau divisée en deux parts, devenues indépendantes. Ainsi, la partie spirituelle de base a formé quatre parts indépendantes qui, à l’instar des parts matérielles évoquées précédemment, représentent :

1) la force centripète qui apparaît dans l’esprit comme égocentrique, relative dans l’ensemble, tournée sur soi-même, égoïste. C’est celle qui dans la matière, par analogie, représente l’élément Terre ;

2) la force centrifuge, qui se manifeste dans l’esprit comme altruiste, orientée vers l’extérieur, vers l’environnement, vers tout le reste, non égoïste, le contraire de la précédente, égoïste. C’est celle qui dans la matière, par analogie, représente l’état gazeux, l’élément Air ;

3) la force d’agitation qui, dans le domaine spirituel, signifie ferveur, enthousiasme pour quelque chose, ardeur spirituelle. Analogiquement à la matière, c’est la force de Feu ;

4) la force d’inertie qui est le contraire de la force précédente, celle de feu. Dans l’esprit, c’est le calme, le froid, l’arrêt, la détente. Elle est analogique à l’état liquide de la sphère matérielle, à l’élément Eau.

Ainsi, nous avons deux groupes aux caractéristiques identiques, ne différant que par leurs polarités : la matière et l’esprit. Les deux s’étaient manifestés lors de la segmentation en 4 parts. J’appelle cette division, tout à fait à juste titre, par le terme de « Quatre éléments créateurs » . C’est le processus qui a créé, à partir de Podstata, « l’OEuvre créatrice ». Ou plutôt celui qui n’a créé, à l’époque actuelle, que son fondement. Pour le moment, de cette division provient la matière inorganique, d’une part, et l’esprit inorganique ou l’esprit général, d’autre part. Ces deux parties, jusqu’ici isolées, s’exercent dans l’OEuvre créatrice aux périodes qui ne connaissent pas la vie organique.

Étant donné que les Quatre éléments créateurs, en tant que processus inéluctables, se manifestent dans tous les événements de la vie, comme nous le verrons plus tard, ils se manifestent aussi dans le domaine des sons et des couleurs. En conséquence, les quatre parties fondamentales de la matière et de l’esprit, que nous venons de décrire, peuvent être désignées, en fonction de leurs caractéristiques, et par la couleur appropriée et par le son. Notre langage a un nom pour chaque couleur et nous transcrivons les sons par les voyelles qui nous paraissent les plus appropriées. C’est à peu près ainsi : Si nous entendons le coq coqueriquer, nous dirons qu’il fait cocorico. Nous transcrivons donc le son par une expression imprécise. De même ici, lorsque nous voulons caractériser le son qui correspond à une force donnée (élément), nous utiliserons la voyelle dont les caractéristiques nous paraissent les mieux adaptées. Nous ne pouvons alors désigner les différents éléments de la matière et de l’esprit que de la façon suivante :

1) La couleur de base de l’élément Terre – la force centripète – est le jaune (dans toutes ses nuances), et son expression sonore correspond à la lettre « E ».

2) La couleur de base de l’élément Air – la force centrifuge – est le bleu et son expression sonore correspond à la lettre « I ».

3) La couleur de base de l’élément Feu – l’ardeur, l’enthousiasme - est le rouge et son expression sonore correspond à la lettre « A ».

4) La couleur de base de l’élément Eau – le froid, le calme – est le vert et le son - le « U » (prononcé « ou »).

Ce sont les caractéristiques des « Quatre éléments créateurs » qui forment « l’OEuvre créatrice ».

Si, de la même façon, nous assignons des propriétés à la partie fondamentale, celle qui n’est pas encore divisée, c’est-à-dire celle qui s’est séparée de Podstata et où le temps n’existe pas encore, nous allons lui attribuer une couleur globale, composée des quatre couleurs de base précitées. C’est la couleur blanche. Exprimée par le son, elle correspond à la prononciation de la lettre « O ».

Lorsque j’ai compris la division et la désignation de ces différents éléments, je me suis rendu compte que ce n’était rien de nouveau. Celui qui transmettait jadis la science aux vieux Juifs l’a vraisemblablement compris, lui aussi. La structure inéluctable de ces lettres a dû également les amener à désigner Podstata, ou le Dieu, et, ensuite, à désigner l’OEuvre créatrice. Analysons donc cette structure :

Les éléments fondamentaux sont ordonnés dans Podstata d’une façon qui correspond à la situation existant avant l’apparition de l’OEuvre créatrice, avant le commencement de la division. Il s’agit de l’ordre IE–UA lié par l’atemporalité de l’état fondamental « O ». Ce « O » se situe au milieu, relié sur les côtés aux groupes substantiels. L’ensemble donne IE–O–UA, en continu IEOUA, prononcé comme JEHOVA. Podstata, soit le Dieu suprême, est donc à juste titre désigné par ce nom.

Le « O » disparaît dans l’OEuvre créatrice qui ne contient que les Quatre éléments créateurs. Pour que ceux-ci ne fusionnent pas avec Podstata et puissent subsister, indépendants, en tant que l’OEuvre créatrice, deux groupes de base se sont formés. Imaginons une croix à bras égaux, l’un des bras portant la lettre « I » du premier groupe et le « U » du second groupe. L’autre bras porte le « A » du premier groupe et le « E » du second. Si nous lisons ces lettres à la ronde, nous aurons IAUE ou Jahvé. L’OEuvre créatrice est, à juste titre, désignée par ce nom. Afin de mieux comprendre, nous allons ébaucher l’origine de l’OEuvre créatrice et justifier l’appellation JEHOVA et JAHVE.
L’origine de l’OEuvre créatrice

 
 
 
 

Josef Zezulka – BYTÍ – L’ÊTRE – philosophie de vieJosef Zezulka – BYTÍ – L’ÊTRE – philosophie de vie
Éditeur © Tomáš Pfeiffer, Éditions Dimenze 2+2 Praha, Soukenická 21,
110 00 Prague, République tchèque
le 30 mars 2015, ISBN 978–80–85238–22–8 
Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ou diffusée sous aucune forme – papier, électronique ou autre – ni traduite dans une autre langue sans le consentement écrit préalable de l’éditeur. 
© Tomáš Pfeiffer, 2015

  

 
     
 
© Tomáš Pfeiffer. All rights reserved.