www.DUB.cz
Université spirituelle de l'Être
českyenglishdeutchfrancaisespanolitalianorussiangreek
Bref résumé

Aucune partie de cette publication ne peut etre reproduite ou diffusée
sans le consentement écrit préalable de l’éditeur.

Josef Zezulka – BYTÍ – L’ÊTRE
philosophie de vie

BREF RÉSUMÉ

Rappelons brièvement les principaux points :

Tout bat en 4 temps. C’est la vie. L’univers tout entier bat. Le temps viendra où notre univers, celui dans lequel nous vivons actuellement, deviendra incandescent et sa matière se décomposera en atomes. Dans cette phase, sa matière est gazeuse, sous l’influence de la force centrifuge. Les particules de la matière se repoussent mutuellement. L’univers n’est alors constitué que de centres de force immatériels qui se déplacent dans l’espace cosmique comme les planètes que nous sommes habitués à observer. Ils représentent le vestige de l’ancien univers matériel ou, plutôt, son ossature de force, et constituent la base de futures planètes.

La phase suivante du rythme universel apporte dans l’univers (l’espace cosmique) l’impulsion centripète. Sous cette impulsion, la matière dispersée jusqu’ici se regroupe autour des centres de force. Elle s’accumule plus autour des centres forts qu’autour des faibles. Chaque centre ne peut attirer qu’une certaine quantité de matière, en fonction de sa force. Ainsi, les planètes apparaissent sur ces centres de force. Au commencement, elles sont constituées de gaz brûlant. La phase suivante apporte l’impulsion du froid, de l’inertie. La matière, brûlante jusque-là, s’apaise pour laisser place à la phase du refroidissement (nous vivons actuellement dans cette phase), supplantée plus tard par une nouvelle phase au cours de laquelle tout l’univers redeviendra incandescent.

Toutes ces étapes représentent une respiration de l’univers. L’univers incandescent se dissémine pour se regrouper, se refroidit pour redevenir incandescent - se dissémine, se regroupe, se refroidit, redevient incandescent etc. Il bat en 4 temps comme tout ce qui existe – il respire comme tout respire. La vie est le rythme des Quatre éléments créateurs. Et comment tout cela est-il apparu ?

Il n’y avait rien, il n’y aura rien, tout existe maintenant ! Il y a Podstata éternelle et l’OEuvre créatrice que nous somme habitués et capables de comprendre uniquement par le biais d’un sectionnement temporel et dans la progression. Podstata et l’OEuvre créatrice ne sont que deux pôles d’un même être et ensemble constituent la forme d’existence éternelle. Cette dernière contient tous les changements que nous sommes en mesure de comprendre dans leur progression. Ils n’ont ni commencement ni fin, ils ne sont – du point de vue de l’évolution – ni inférieurs ni supérieurs, ils sont enfermés dans un cercle dont les bords n’ont pas de limite spatiale et qui présente, vu de côté, un aspect circulaire. En fait, compte tenu de notre compréhension limitée, ce cercle est une sphère.

Une toute petite créature qui n’a atteint sur notre planète - après sa longue évolution et après avoir gravi les différents échelons - que le stade de la créature qu’elle appelle « l’homme » et qui n’est qu’à mi-chemin dans sa lignée évolutive, cette petite créature s’efforce de comprendre l’être éternel et infini. Or, cette compréhension dépend des possibilités humaines qui sont plutôt limitées. On n’y peut rien. Nous ne pouvons pas comprendre au-delà d’une certaine limite. Par conséquent, nous analyserons le problème suivant du point de vue temporel et spatial qui permet d’impliquer la progression et la dimension.

Une force s’est séparée de Podstata. Elle était Podstata, elle aussi, seulement elle en était séparée. Un peu comme un verre d’eau de mer reste mer. Elle en est seulement isolée. La partie dissociée de Podstata infinie et éternelle constitue la base de l’OEuvre créatrice. L’OEuvre créatrice se forme à partir de cette base, sous l’effet des « Quatre éléments créateurs ». Cela se passe ainsi :

La partie fondamentale et originale s’est scindée en deux parts, l’une représentant dans l’OEuvre créatrice la matière, l’autre l’esprit. La part matérielle et la part spirituelle se sont divisées, chacune à son tour, en quatre parties, selon la loi des Quatre éléments créateurs. Ces parties sont les suivantes : centripète, centrifuge, inerte et ardente. La matière et l’esprit présentent les mêmes caractéristiques. Ainsi est née l’OEuvre créatrice pour continuer ensuite son évolution.

Lorsque les conditions sur notre planète devinrent favorables, c’est-à-dire pendant la période de son refroidissement, la matière et l’esprit, jusqu’ici inorganiques, s’unirent pour former la première matière organique (le corps) et le premier esprit organique (la créature).

La première créature, la plus primitive, amorça son évolution. Au fur et à mesure des vies vécues, elle accumulait des expériences, se réincarnait et grandissait. Son évolution se déroulait en quatre phases qui correspondaient, naturellement, au principe des Quatre éléments créateurs. Au tout début, elle vivait en tant que créature végétale pourvue d’une expression vitale passive et d’une évolution passive. Par la suite, la créature devint l’animal d’une espèce inférieure ayant déjà une expression vitale active tandis que son évolution restait passive. Lors de la troisième phase, qui commence par l’apparition de l’homme, l’évolution active s’ajoute à l’expression vitale active. La quatrième phase, qui n’interviendra que dans un avenir très lointain, sera marquée par la passivité active.

Dans ces différentes phases d’évolution, les Quatre éléments créateurs se manifestent de la façon suivante : la première phase, végétale, est caractérisée par la force centripète ; la seconde, animale, par le feu ; la troisième – qui commence par l’homme – est marquée par la force centrifuge, vu le changement de la pensée de l’unité vers l’ensemble et, enfin, la quatrième phase, l’inertie, clôt la notion d’entité suprême de l’OEuvre créatrice pour lui substituer la notion du « Je suis tout ce qui est et tout ce qui n’est pas ».

Le caractère de chaque composante constituant les Quatre éléments créateurs peut être décrit de différentes façons : par la couleur, le son, la force, l’état etc., mais il s’agit toujours d’un seul et même caractère que nous pouvons aussi appeler par le terme de « vibration ».

La force centripète peut être symbolisée par l’élément Terre, la couleur jaune dans toutes ses nuances, l’état solide, le son « E ».

La force centrifuge par l’élément Air, la couleur bleue, l’état gazeux, le son « I ».

La force d’inertie, le froid, par l’élément Eau, la couleur verte, l’état liquide, le son « U ».

La force d’agitation, l’ardeur, par l’élément Feu, la couleur rouge, capable de transformer tous les états, le son « A ».

Selon le principe des Quatre éléments créateurs, ces différentes composantes sont classées de la façon suivante : en ce qui concerne la composante fondamentale de l’OEuvre créatrice - c’est-à-dire la première partie qui s’est séparée de Podstata et possède les mêmes qualités que Podstata – sa base est complétée par Podstata originale, infinie, représentée par le son « O ». Dans la progression, elle se manifeste globalement comme IEO- UA que les juifs, connaissant certainement la loi des Quatre éléments créateurs et Podstata, prononçaient comme JEHOVA.

Dans l’OEuvre créatrice le « O » disparaît et la progression génétique IA-UE se prononce comme JAHVE.

Dans les différentes phases d’évolution, les passages du végétal à l’animal, de l’animal à l’homme et, ensuite, à la créature supérieure (dans la phase de la passivité active) sont marquées par des situations de crise. Ces crises surviennent chaque fois qu’une nouvelle entité évolutive commence la nouvelle phase. L’homme se retrouve également dans une telle situation de crise. Ceci explique sa façon de penser chaotique et sa position de vie instable ce qui peut entraîner non seulement sa propre destruction, mais aussi la disparition de toute vie sur terre.

La créature évolue par le biais de ses réincarnations incessantes. Depuis les espèces inférieures aux espèces de plus en plus supérieures. Au cours de cette évolution, sa croissance est soit assurée de l’extérieur, soit la créature s’en charge elle-même. Il s’agit de la créature intérieure, c’est-à-dire celle qui progresse du virus le moins évolué vers l’homme et, par la suite, toujours plus loin. Cette créature vit de nombreuses vies spécifiques – vies individuelles – un peu comme l’homme qui passe au cours de sa vie de nombreux jours dont chacun est différent et chacun marque son évolution. C’est donc la créature intérieure – à la différence de la créature extérieure, spécifique – qui se forme grâce à chaque vie distincte. Son commencement se traduit par la naissance d’un enfant, sa fin survient juste avant la prochaine naissance. Une période que nous appelons le décès ou la mort corporelle intervient à un moment donné de sa vie.

Chacune de ses naissances dans une nouvelle vie spécifique fait accéder la créature extérieure à un destin différent. Le destin est l’une des cellules qui composent la destinée générale, le destin de l’OEuvre créatrice. Le destin est immuable bien qu’il possède des dimensions dans lesquelles l’homme peut circuler et qu’il anime. L’homme remplit son destin positivement ou négativement. Il peut donc être soit une composante positive, constructive de son propre destin et de la destinée générale, soit sa composante négative, destructrice. Par son mode de vie dans l’un de ses destins, il crée son prochain destin qui sera celui qu’il aura mérité selon son comportement dans la vie précédente.

Par conséquent, chacun devrait s’efforcer de connaître la vérité de la vie, la vérité éternelle, la vie et ses lois, afin de comprendre, de devenir une composante positive de l’OEuvre créatrice, d’aider sa propre évolution, de se la simplifier et de n’apporter que du bien à ses propres vies ultérieures et à tout son entourage. Afin de comprendre la profondeur du sens de la vie et de ne pas traverser ses vies comme un aveugle qui se blesse sans cesse sur les obstacles qu’il ne voit pas.

Un homme ignorant dont la position de vie ne fait que nuire à l’entourage et aux créatures inférieures, retarde son évolution et se dessert lui-même, obligé de se réincarner dans des créatures moins évoluées (par exemple, l’homme qui doit se réincarner en animal), pour comprendre au plus profond de sa créature intérieure ses actes fâcheux et le mal occasionné. Après avoir vécu, contraint, ses vies inférieures, un tel homme renaît sous forme humaine. Son comportement reflète tout ce qu’il a pu comprendre grâce à ses naissances régressives. Ce phénomène apparaît chez les personnes qui assassinent encore ou torturent des créatures moins évoluées, c’est-à-dire celles qui chassent des animaux, pêchent des poissons, chassent des oiseaux, élèvent des créatures inférieures pour les manger, les assassinent etc.

L’homme fut créé en tant qu’herbivore (plus précisément – frugivore). Or, malgré tous ses efforts fournis au fil du temps, il ne s’est jamais habitué à ingérer les cadavres d’autres animaux. D’ailleurs, ce n’est pas souhaitable. L’homme ne peut pas avancer avant de régulariser cette erreur tragique. Avant d’entreprendre un chemin spirituel quelconque, il doit réaliser que toutes les créatures sont égales, que la valeur de toutes les vies est identique, que la loi « tu ne tueras point et tu ne feras pas tuer en ton nom » s’applique à tout le monde et que l’homme n’est pas un rapace, mais une créature pacifique, et se refuse donc tout d’abord à manger de la viande, c’est-à-dire à assassiner les autres pour se nourrir. Par ailleurs, il s’interdit l’ingestion de poisons divers, tels que l’alcool, le tabac, les drogues. En effet, il n’y a aucune raison à abîmer son corps et à détruire sa santé, à obscurcir et déformer son esprit. Le faire uniquement parce que les autres le font ? Ceux qui n’ont pas su corriger les erreurs de leurs aïeux par leur propre raison et copient instinctivement un style de vie insensé. En règle générale, ils sont incapables de dire pourquoi ils se nuisent en fait. Mais nous, nous voulons être différents et nous savons pourquoi nous devons être différents. Nous ne sommes quand même pas de petits singes qui ont appris à copier, nous sommes des gens qui savent réfléchir.

Le rythme de la vie – la force des Quatre éléments créateurs – se manifeste partout et en tout. C’est la respiration d’un animal, l’alternance du jour et de la nuit, les changements de saisons, le printemps, l’été, l’automne, l’hiver. C’est aussi l’alternance des quatre ères du zodiaque qui influencent tous les 6 000 ans le style de vie, l’attitude fondamentale de l’humanité, sa façon de penser et la formation des cultures de base.

Nous venons de traverser l’ère centripète et nous entrons dans l’ère centrifuge. Il est bon de connaître ces influences, il est bon de savoir que leurs sous-ères de 2 000 ans apportent leur propre impact complémentaire afin d’en profiter raisonnablement sans pour autant déséquilibrer notre évolution. Nous comprendrons alors la période de crise au coeur de laquelle nous nous trouvons et qui se répète tous les 12 000 ans. Ceci nous permettra de comprendre l’homme d’aujourd’hui ainsi que le comportement insensé de toute notre société humaine. Pour un lutteur, il est bon de savoir qu’un coup tombera. Il est au moins en mesure de protéger sa face.

L’équilibre constitue la base. Nous provenons de Podstata équilibrée et nous y retournons. La séparation de la partie fondamentale en Quatre éléments créateurs nous a dotés de la dualité. Tout ce que nous comprenons, nous ne l’entendons que dans cette dualité. Nous comprenons le bien par rapport à son opposé, le mal. Nous comprenons la lumière et l’obscurité, la naissance et la mort etc. Ce ne sont pas deux principes, comme il pourrait nous sembler à première vue, ce n’est qu’un seul principe avec deux pôles inverses. Au cours de nos réflexions et méditations, essayons d’analyser le bien et le mal pour les connaître en tant que loi des événements – la naissance et la mort en tant que loi de l’être etc. Composons la dualité dans l’unité, car cette compréhension embrasse aussi bien le chemin que le but.

Toutes les créatures, nous compris donc, sont égales. Personne n’a plus de valeur que les autres. Celui qui est évolué aujourd’hui, était petit dans le passé. Celui qui est petit aujourd’hui, évoluera à l’avenir. Par notre dimension évolutive, nous sommes tout simplement transposés dans un autre temps, mais notre valeur dans l’OEuvre créatrice reste identique. Respecte donc chaque personne, même primitive et inculte, car elle représente la même valeur que toi. Respecte aussi toute autre créature, même la plus inférieure (au degré d’évolution inférieur), car sa vie est aussi précieuse que la tienne. Justement, puisque tu as déjà atteint ce degré de développement, celui de l’homme, tu devrais comprendre que tu es là pour servir l’OEuvre créatrice, non pas pour y dominer. En aidant les autres, tu t’aideras toi-même. Car plus tard, grâce à une compréhension plus profonde, tu apprendras que Tu es Tout ce qui existe.

Rappelle-toi comment naissent les savants spirituels. Une personne naît, de temps à autre, qui connaît et sait. Sans étudier les doctrines spirituelles existantes, elle apporte sa connaissance du « fait de l’être ». Ces « apporteurs » transmettent un enseignement juste, mais ceux qui le reprennent et le diffusent – et que j’appelle les « colporteurs » - le détériorent du fait de leur compréhension limitée. Généralement, leurs intentions sont bonnes, mais leur interprétation est imparfaite ou erronée.

Ne veuille pas seulement croire. La foi ne représente qu’un pôle, l’autre pôle étant le savoir. Ensemble et équilibrés, ils constituent la loi de la connaissance. Apprends les lois inéluctables, sois critique et tu seras plus proche de la vérité. Il n’existe qu’un seul chemin de l’évolution spirituelle : se changer soi-même, changer son opinion, son attitude de vie et son attitude envers tout être vivant. Un autre chemin n’a jamais existé et n’existera jamais. Pour pouvoir se changer soi-même de façon adéquate, tu dois apprendre la vérité et l’évaluer correctement afin de ne pas reprendre quelque chose de détérioré. Ainsi, tu ne seras pas condamné à la foi aveugle, tu sauras, tout simplement.

Selon leur façon de penser, nous pouvons répartir les hommes en quatre groupes :

1. Le premier groupe est constitué de personnes qui ne connaissent que ce monde matériel et ses intérêts. Ils n’aspirent guère à une connaissance plus profonde, ils ne vivent que pour les choses matérielles.

2. Le deuxième groupe réunit ceux qui ont déjà compris qu’il existait quelque chose de plus avancé que nous, inaccessible à nos cinq sens, mais qui pensent que cela se situe au-delà de la limite de nos connaissances. De ce fait, ils s’adonnent à une foi, généralement aveugle, se laissent guider, sans formuler de critique, par un prêcheur – une écriture – une secte – une religion. Ils se réunissent fréquemment en petits groupuscules privés, récitent des prières et des phrases toutes apprises par coeur, écoutent des discours souvent stériles sur les vérités spirituelles et analysent, presque toujours, une soi-disant « écriture ». La plupart du temps, ils portent un masque à la mode, un masque de sainteté et de calme, selon la conception des peintres religieux du moyen-âge. Leur approche des vérités spirituelles est passive. De nombreux groupes pratiquent le spiritisme à un niveau inférieur et succombent souvent à la duperie. D’autres arrivent quelquefois à un niveau de spiritisme supérieur, mais de tels cas sont extrêmement rares.

3. Le troisième groupe inclut des personnes qui commencent déjà à chercher et parmi lesquelles nombreuses sont celles qui adoptent une approche de problèmes spirituels plus ou moins critique. Elles tâtonnent souvent dans leur quête, elles se tournent vers de nombreuses doctrines, en changent fréquemment, mais s’efforcent néanmoins d’avoir leur propre activité. Elles sont légion à être poussées par le désir d’un effort actif, sans toutefois l’orienter vers le domaine psychique à ce stade. Elles le déploient dans le domaine physique ce qui se traduit par divers exercices mystiques ou par le yoga et espèrent que ces exercices les aideront à se dominer elles-mêmes afin d’accélérer leur chemin d’évolution. Les effets de ces exercices sont divers ; généralement, leur effet centripète pousse la personne à se replier sur elle-même et l’éloigne de la collectivité. Ces effets amènent souvent la personne à entreprendre le chemin philosophique et à changer sa forme psychique.

4. Le quatrième groupe, le plus estimable, est composé de personnes déjà plus évoluées qui avancent sur le chemin philosophique et changent délibérément leur forme psychique, apprennent les principes inéluctables, s’approchent de la connaissance des questions majeures et tentent de s’identifier à elles et à toute la vie, partout et à tout moment.

Le sens de notre vie ne se limite pas au seul passage de la naissance à la mort, ni à l’existence commandée par l’effort de survivre. Si nous comprenons correctement des lois, des principes et des buts spirituels, nous allons alors comprendre le sens de la vie et de l’être en général. Tout ce qui est exposé dans cet ouvrage a été écrit pour y parvenir.

Pour un entendement plus parfait de l’être, donc de la base, aie à l’esprit l’interdépendance de tout avec tout. Car tout est basé sur l’idée fondamentale de l’OEuvre créatrice qui se manifeste dans divers domaines de la vie et nous apparaît différente selon le domaine considéré.

Par exemple, la qualité et la constitution psychique de chaque individu que l’on atteint en fonction de son degré d’évolution correspondent, entre autres, à la valeur des chiffres, c’est-à-dire qu’ils sont traduisibles en chiffres. Nous ne savons pas encore comment procéder à leur traduction totale. Nous en connaissons néanmoins la base brute. Nous savons que l’homme ne peut naître qu’à une date bien précise qui est en corrélation avec sa qualité.

Les expressions des Quatre éléments créateurs sont également en corrélation : par exemple, la forme du corps d’un individu correspond à sa forme psychique, l’apparence extérieure d’une personne trahissant ses qualités intérieures. Cette réciprocité existe aussi entre les rapports de force, les rythmes vitaux etc.

Aie du respect à l’égard de chaque sagesse philosophique fondamentale. L’homme s’est vu révéler des tas de choses déjà. L’humanité a pu accéder à de grandes vérités. La seule erreur : les hommes n’ont pas toujours su les accepter pleinement, telles quelles, et les ont plus ou moins déformées en les transmettant aux générations postérieures.

Parfois, elles ont été transmises simplement, quelquefois dans une belle forme poétique. Elles comportent non seulement de nombreux postulats scientifiques, mais également des « dépôts » humains indésirables. Pèse tout par ton esprit critique et logique, par l’interdépendance et l’analogie. Soutiens ce qui est clair et logique, sois fidèle aux savoirs acquis, transmets et explique les aux autres.

Lorsque tu auras compris que tu fais partie intégrante de tout ce qui existe, des formes cosmiques et supra-cosmiques, tu comprendras alors pleinement le sens de la vie. C’est la raison et le but de tout effort spirituel. Tu comprendras aussi que ton premier intérêt dans la vie doit porter sur les autres créatures (pas seulement humaines), ta propre personne n’occupant que le deuxième rang. Tu deviendras le serviteur, tu travailleras sur tous les aspects positifs de l’OEuvre créatrice et tu n’aspireras pas à assujettir les créatures moins évoluées. Garde à l’esprit le peuple élu, élu pendant les 6 000 ans qui viennent de s’écouler, peuple qui voulait tout dominer et tout asservir ce qui ne l’a conduit qu’à des souffrances et catastrophes. Un homme évolué, celui qui a compris, devient grâce à ses convictions le défenseur et le serviteur de tout être inférieur.

Je rappelle que je ne fais que retransmettre mes opinions, telles que je les ai reçues grâce à mon intégration. Elles diffèrent certainement sur de nombreux points des avis actuels proclamés par des penseurs religieux ou par des scientifiques. Je ne souhaite point que l’on les considère comme une vérité obstinée. Pour comprendre la vérité créatrice et essentielle ainsi que le chemin d’évolution spirituelle, vérifiez-les par votre esprit critique, par votre logique, grâce aux lois de la vie, à l’analogie, bref, grâce à tout ce qui peut aider à la vérification. Si vous me donnez raison, ce sera une bonne chose, quand bien même je n’en saurais rien. En fait, ce n’est pas important. Si vous n’êtes pas d’accord, c’est votre droit. En effet, nous sommes tous différents et ne devons pas tous penser de la même manière. Par contre, il serait idéal que notre manière de penser soit correcte.

À l’avenir, d’autres personnes viendront avec une attitude mentale évoluée. Ils approfondiront ce que nous connaissons aujourd’hui, ils l’adapteront à leur époque afin que d’autres créatures, supérieures, le corrigent à leur tour. Tout est en permanent développement, la science ne faisant pas exception.

Celui qui le souhaite, qu’il prenne ce qui lui semble sage et utile.

Josef Zezulka

 
 
 
 

Josef Zezulka – BYTÍ – L’ÊTRE – philosophie de vieJosef Zezulka – BYTÍ – L’ÊTRE – philosophie de vie
Éditeur © Tomáš Pfeiffer, Éditions Dimenze 2+2 Praha, Soukenická 21,
110 00 Prague, République tchèque
le 30 mars 2015, ISBN 978–80–85238–22–8 
Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite ou diffusée sous aucune forme – papier, électronique ou autre – ni traduite dans une autre langue sans le consentement écrit préalable de l’éditeur. 
© Tomáš Pfeiffer, 2015

  

 
     
 
© Tomáš Pfeiffer. All rights reserved.